vendredi 1 juin 2007

Pédicure-manucure: Ibn-Gavirol street, 16h00

C’est le vendredi que débute la fin de semaine en Israël.
Nombreux travaillent jusqu’en début d’après-midi, ne bénéficiant ainsi que d’un jour et demi, voir un jour réel de repos par semaine. Le vendredi, c’est le jour des courses, des démarches administratives, de la préparation du Shabath. A Tel-Aviv, c’est surtout le jour des cafés, du coiffeur et des soins en tout genre. La manucure pédicure s’est institutionnalisée. On va se faire limé et laqué comme on va faire ses courses. La ville regorge de petits salons, avec ses habitudes, sa clientèle fidèle, ses codes et ses secrets. Les conversations et situations qui s’y déroulent offrent des sources d’informations et de connaissance de la vie Tel-Avivienne qu’il est impossible de recueillir ailleurs. Comme dans un boudoir en retrait de l’animation centrale, ce sont les secrets, les intrigues, les drames, les tribulations du genre humain qui se livrent sans tabou, au plus grand bonheur des curieux. Contrairement aux idées reçues, les hommes et les personnes âgées profitent également de cet art. La rue Ibn-Gavirol, artère centrale traversant la ville du nord au sud, est remplie de ce genre de petits salons de beauté et dont les praticiennes sont devenues les thérapeutes de la ville.

Aucun commentaire: