mercredi 17 octobre 2007

De l’Art ou la Mort

A l’arrière des voitures, quand on ne comprend pas l’Hébreu, on remarque l’accumulation de stickers, avec toutes sortes de slogans écrits en différents caractères et différents logos. Puis une fois qu’on se met à lire l’hébreu, on comprend qu’il ne s’agissait pas là d’un épiphénomène, mais d’une véritable tribune politique. Les arrières des voitures, sont devenus des forums d’expression idéologique, là où la parole libère en concentré, ses expressions de colère, ses manifestations de soutient. C’est muni d’un véhicule motorisé qu’on joue pleinement le jeu de la démocratie.
A L' époque du démantèlement (désengagement), une variante au sticker est apparue, le ruban, le morceau de tissu accroché, aux antennes, aux rétroviseurs, et même aux sacs a mains. Orange vif: Contre, bleu : Pour.
Parfois ces manifestations laissent libre cours à l’humour, comme ici : « Faisons de l’art, ou mourir ».

Le groupe de musique pop "HaDag Nachash" (le poisson serpent) : qui choisi son nom de scène en faisant un jeu de mot avec la phrase du sticker que doivent arborer les nouveaux conducteurs : "Nahag Chadash"נהג חדש, a crée une chanson basée "שירת הסטיקר" (la chanson des stickers), sur un texte de l’écrivain David Grossman, tournant en dérision ce phénomène des stickers.
Les slogans politiques de mouvances radicalement opposées, sont juxtaposés les uns à la suite des autres en formes de paroles, créant ainsi un descriptif ironique de l’expression des opinions politiques en Israël.

Pour voir le clip: http://www.youtube.com/watch?v=GIbjpev6U5s

Aucun commentaire: